ClubHouse : le réseau social est-il déjà mort ?

Thomas - Digital Project Manager | Appsolute
Thomas
05 mars 2021
William Krause
Partager
TAGS
Réseau social Marketing Société Infrastructure
Lancé au début de l’année 2020 en pleine pandémie aux États-Unis, ClubHouse révolutionne en un sens le monde des réseaux sociaux. L’image, la vidéo ou encore l’écriture, qui ici, ne sont plus au centre de la sociabilité en ligne, laissent désormais place à la voix. Retour sur une version Bêta privée qui commence depuis quelques semaines à faire parler d’elle en France, auprès d’utilisateurs triés sur le volet.

Le réseau social se démarque par sa simplicité d’utilisation


ClubHouse c’est la nouvelle app sociale exclusivement basée sur l’audio, qui permet de se retrouver sans toutefois se réunir : entre confinement et couvre-feu, c’est ce dont nous avons tous besoin ! Après 18 heures, restaurants et bars sont fermés.. quoi de mieux dès lors que de rencontrer de nouvelles personnes par d’autres moyens ? 


Les utilisateurs peuvent échanger de vive voix avec des inconnus (mais cela reste rare) dans des « rooms » audios et ainsi prendre le temps d’écouter les autres débattre. Ils ont également la possibilité de lancer leur propre room et de la modérer en fonction. C’est un peu la nouvelle libre antenne 5.0 !


Appsolute- ClubHouse-apercu


Le parcours utilisateur est simple à comprendre  


  • Une fois inscrit, l’utilisateur est invité à connecter son carnet de contact et à affiner ses préférences afin de suivre d’autres utilisateurs partageant ses centres d’intérêts. 
  • Ensuite, l’utilisateur est redirigé sur la homepage : il a la possibilité d’accéder aux rooms en cours ou bien d’en créer une directement. Une interface de recherche, un centre de notifications ainsi qu’un agenda d’événements viennent compléter les principales fonctionnalités mises en avant.

Des rooms qui reprennent les codes des salles d’audiences physiques


Ce qui est intéressant de constater, c’est qu’encore une fois, les fonctionnalités viennent structurer la sociabilité des utilisateurs sur la plateforme.

Comme je l’évoque dans le titre, les « rooms audios » sont construites techniquement comme des salles d'audience ou des salles de spectacles… dans lesquelles chacun à son propre rôle : on retrouve des speakers, des modérateurs, des auditeurs !


  • Sur « scène », nous avons des utilisateurs acteurs du débat (principalement composés de speakers et de modérateurs). 
  • On retrouve ensuite dans la “room”,  un public constitué d’utilisateurs dont le micro est coupé, et qui sont donc simplement auditeurs. Les auditeurs d’une room peuvent « monter sur scène » lorsqu’un modérateur les y autorise. 

Cette hiérarchisation entre les utilisateurs vient également renforcer l’élitisme virtuel. En tant qu’auditeur, on retrouve cette sensation lorsque l’on est au cœur de l’application : il faut parfois attendre plusieurs heures avant d’intervenir dans un débat (lorsque les modérateurs nous y autorisent), ce qui peut évidemment être frustrant.


Le réseau social, avec ces fonctionnalités, dessine déjà ses propres habitudes culturelles : que ce soit au niveau du vocabulaire (rooms, « leave quietly ») qu’au niveau des codes sociaux (applaudissement en ouvrant ou fermant le micro, etc.).


Appsolute-ClubHouse-Room


Pour rejoindre le club, un iPhone et une invitation tu auras


Paul Davison et Rohan Seth : les deux créateurs de l’application la plus populaire de ce début d’année en France, ont pensé à tout. Pour faire connaître leur application, ils ont choisi une stratégie bien connue de tous : le FOMO (Fear Of Missing Out), autrement dit la peur de louper une nouvelle information, une nouvelle tendance, etc. 


Cette sensation est accentuée par le fait que l’application recense bon nombre de personnes connues, et que celle-ci est seulement accessible en version de test pour une tranche spécifique de la population : celle détentrice de produits Apple et d’une invitation. 


La mise à l’écart des utilisateurs détenteurs de mobiles Androïd on peut le dire, est tout bonnement marketing ! On aurait pu penser que cela aurait pu freiner le succès du réseau, il n’en est rien. Le fait de limiter son succès le place en tant que produit rare, qu’il faut posséder. D’ailleurs ClubHouse, désormais valorisé à 1 milliard de dollars se penche déjà sur le développement de sa version Androïd. 


Les utilisateurs ont donc la sensation d’accéder à un privilège en exclusivité. En ce sens, l’application est d’ailleurs taxée d’élitisme et d’entre-soi. 

De prime abord, ce qui attire sur la plateforme, ce sont les types d’utilisateurs qu’on y trouve : 


  • Des personnalités politiques, des créateurs de contenus, et plus globalement, des personnes haut gradées travaillant dans la tech, l’entreprenariat, l’économie, les médias ou encore la finance. 


Cela vient également renforcer la différence de ClubHouse par rapport aux autres réseaux sociaux : les personnalités les plus influentes ne sont pas forcément des personnes jeunes (15-25 ans).


Sommes-nous face à un futur géant aux pieds d’argile ?

ClubHouse doit effectivement faire face à des problématiques plus pragmatiques. Voici quelques exemples :  


  • Comment modérer les échanges audios ? Actuellement la plupart des outils de modération de contenus sont basés sur le texte et ne sont donc pas transposables à une application comme ClubHouse. 


  • L’application doit clarifier des liens flous avec la Chine : le backend de l’application est géré par une entreprise chinoise : Agora. Stanford Internet Observatory (SIO) a notifié dans un rapport que cette société transmettrait des “numéros d’identification des utilisateurs et des salles de discussion en texte brut.” (la confidentialité finalement…)

  • Les fonctionnalités du réseau seront sûrement répliquées par les géants actuels. Et c’est déjà le cas pour Instagram ! Ce dernier a lancé récemment les live rooms à 4 utilisateurs… Ce qui représente notamment une vraie opportunité de visibilité pour les créateurs de contenus et les influenceurs. Le géant marque donc le pas… Clubhouse suivra-t-il ?


Appsolute-Instagram-LiveRooms

D’autres défis à relever pour l’application mobile



En quelques mots, la rétention des utilisateurs semble être, comme tout réseau, la première problématique majeure à laquelle sera confrontée ClubHouse pour maintenir son succès. 

De prime abord, l’attribut d’un score sur les utilisateurs semble être une des solutions les plus simples, mais peu éthique. D’autres solutions peuvent être envisagées :


Une recommandation humaine par exemple entre les utilisateurs ; 

L’ajout d’un circuit de gamification pour débloquer des badges et ainsi renforcer la captation des utilisateurs sur la plateforme


Ensuite, vient évidemment la mise en place d’un modèle économique pérenne. Un véritable challenge pour ce type de réseau social 100% audio ! 


L’application Clubhouse se veut donc être un réseau social innovant basé sur la voix dont les mantras sont la liberté et la création de contenus. Il semblerait donc que l’application ait encore du chemin à parcourir en termes de confidentialité, de sécurité et de concurrence pour… survivre ? 


Thomas

Thomas - Digital Project Manager | Appsolute
Thomas
05 mars 2021

Articles liés